Accueillez l’icône de Saint-Joseph chez vous pendant une semaine

A l’issue des messes du 20 et 21 mars, il sera possible d’accueillir chez vous l’icône de Saint-Joseph, chez vous pendant une semaine. Inscription obligatoire en ligne : paroisse-brest-centre@wanadoo.fr

Les icônes représentant Saint-Joseph ont été bénites ce 19 mars 2021

Quelques propositions pour bien vivre le Carême

Durant le carême : pensez à vous rendre sur « Family Spi »

Le Family Spi reprend du service !

Chaque semaine nous vous invitons à vivre le Carême en famille autour de  l’évangile du dimanche, une prière et des activités par tranche d’âge et à vivre ensemble. 

Cette année, nous vous proposons de construire « un arbre de Carême ».

Vous le ferez grandir en l’habillant chaque jour de feuilles colorées comprenant des versets de la Bible pour aider à la prière, et de tout ce qui peut l’embellir, à l’image de votre chemin vers Pâques : des dessins, des efforts fournis, des prières, des fleurs, des petits bricolages.

Chaque jeudi, le Family Spi sera alimenté, mais vous pourrez retrouver les activités des semaines précédentes.

Nous serions heureux de voir vos réalisations ! Merci de nous envoyer vos photos, et avec votre accord, nous les partagerons à tous.

Transmettez ce lien à tous, familles de notre diocèse et d’ailleurs, catéchistes, paroisses, écoles… Cliquez ici

« Dans ce temps de conversion, nous renouvelons notre foi, nous puisons « l’eau vive » de l’espérance et nous recevons le cœur ouvert l’amour de Dieu qui fait de nous des frères et des sœurs dans le Christ ». Pape François, message pour le Carême 12-02-2021

Made with Padlet

colloque des 30-31 janvier à St Jacut : « Les Religions menacent-elles la République ? »

LES RELIGIONS MENACENT-ELLES LA REPUBLIQUE ?
Comment ne pas se séparer les uns des autres ?

Une grande visio-rencontre interreligieuse organisée par les Amis de la Vie, Hermeneo, Coexister, la Coordination interreligieuse du Grand Paris (CINPA) et l’Abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer.

Nos diversités religieuses ou spirituelles sont-elles un obstacle à la cohésion sociale de notre pays, une menace pour nos libertés ? Peuvent-elles au contraire représenter une chance ? Quel rôle pourrait jouer une laïcité bien comprise pour permettre à chacun, croyant ou non, religieux ou athée, de contribuer à construire une société plus unie. Pour ne pas se séparer les uns des autres, d’autres modèles sont-ils possibles ou souhaitables ?

Avec la participation, notamment, de :

  • Mohamed Bajrafil, théologien musulman
  • Floriane Chinsky, rabbin
  • Vincent Pilley, bouddhiste
  • Antoine Guggenheim, prêtre catholique
  • Valentine Zuber : historienne
  • Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité
  • Karima Berger, autrice
  • Martine Cohen, sociologue des religions et de la laïcité
  • Daniel Lenoir, président de Démocratie & spiritualité

>> DECOUVRIR LE PROGRAMME :
https://www.abbaye-st-jacut.com/rencontre-interreligieuse-2021/

>> S’INSCRIRE AUX VISIOCONFERENCES :
https://conference.abbaye-st-jacut.com/

>> PARTAGER L’EVENEMENT PAR FACEBOOK :
https://www.facebook.com/events/406122807361506/

2 février : Journée mondiale de la Vie consacrée

Le 6 janvier 1997, le Pape Jean Paul II écrit, (extraits) :

« j’ai décidé d’instituer une Journée de la vie consacrée, célébrée le 2 février, fête de la Présentation de Jésus au temple« .

Motifs de la Journée de la Vie consacrée :

« Cette journée a au moins un triple but:

En premier lieu, il est beau et juste de remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée, qui enrichit et réjouit l’Eglise par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données au Seigneur et aux frères. « Qu’en serait-il du monde, s’il n’y avait les religieux? » se demandait avec raison Ste Thérèse (cf VC 105 a).

En second lieu cette journée a pour but de faire mieux connaître et apprécier la vie consacrée au peuple de Dieu tout entier, des Evêques aux prêtres, des laïcs aux personnes consacrées elles-mêmes (…).

En contemplant le don de la vie consacrée, l’Eglise contemple sa vocation la plus profonde, celle de n’appartenir qu’à son Seigneur (…).

Le troisième motif concerne les personnes consacrées elles-mêmes; elles sont invitées à célébrer ensemble et solennellement les merveilles que le Seigneur a accomplies en elles; elles sont conviées à réfléchir sur le don reçu, à découvrir, dans un regard de foi toujours plus pur, le rayonnement de la beauté divine diffusé par l’Esprit dans leur forme de vie, à prendre conscience de leur mission incomparable dans l’Eglise pour la vie du monde (…).

Une vie consacrée « pleine de joie et d’Esprit Saint », sur les chemins de la mission, voilà le plus grand service à rendre à l’homme d’aujourd’hui. Et son enseignement principal qui est sous-jacent et soutient toutes les missions spécifiques aux divers charismes est celui-ci: « l’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou, s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins » (EN 41).

Les fruits attendus pour la mission de toute l’Eglise

Très chers frères et soeurs, l’institution de cette journée en la fête de la Présentation du Seigneur au temple apportera, j’en suis certain, un appui à la mission de l’Eglise.

D’abord à la mission « ad gentes », afin que ceux qui n’ont pas encore connu le Christ puissent approcher son mystère d’Envoyé du Père. Ce mystère est révélé par l’existence de personnes qui par le don total d’elles-mêmes témoignent que le Christ est le Fils Unique, le Modèle insurpassable.

Je suis sûr aussi d’aider la nouvelle évangélisation. Elle est rendue possible et efficace grâce à des personnes qui, d’abord auto-évangélisées, peuvent présenter l’évangile dans sa plénitude et montrer le visage maternel de l’Eglise, servante des hommes et des femmes de notre temps.

Je suis également assuré d’apporter un soutien concret à la pastorale des Eglises particulières. Elles peuvent parfois être tentées comme Marthe, de considérer la mission surtout dans les nombreuses choses à faire et qui doivent être faites, bien sûr. Mais cette journée rappelle à tous que c’est en choisissant la part de Marie, qu’on peut porter des fruits abondants dans la vigne du Seigneur.

Que la Vierge Marie qui eut le très grand privilège de présenter au Père, Jésus Christ, son Fils Unique, comme une offrande pure et sainte, nous garde dans l’action de grâce envers le Seigneur pour le don de la vie consacrée et pour les merveilles qu’elle a accomplies pour le bien de toute l’humanité « .

Du Vatican, le 6 janvier 1997

Loi sur la bioéthique : les évêques invitent à une neuvaine de prière

Les vendredis 15, 22 et 29 janvier et le 5 février

Le projet de loi relatif à la bioéthique sera débattu en seconde lecture au Sénat au début de l’année 2021. En l’examinant de près, on s’aperçoit qu’il reflète un « affrontement culturel
entre la technique considérée comme un absolu et la responsabilité morale de l’homme.[…] Il s’agit d’un domaine particulièrement délicat et décisif, où émerge avec une force dramatique la question fondamentale de savoir si l’homme s’est produit lui-même ou s’il dépend de Dieu».


Il est vrai que les techniques biomédicales s’immiscent là où s’origine la vie humaine dès l’émergence de la toute première cellule après la fécondation. « Cependant, tous les croyants, à quelque religion qu’ils appartiennent, ont toujours entendu la voix et la manifestation de Dieu dans le langage des créatures. Au contraire, l’oubli de Dieu rend opaque la créature elle-même. » L’oubli de la transcendance en chaque être humain rend périlleuse la bioéthique.


C’est pourquoi, encouragés par les évêques de France, les membres du Groupe bioéthique de la Conférence des Évêques de France proposent quatre journées de prière et de jeûne en janvier-février 2021, afin que les yeux de tous – les nôtres et ceux d’autrui – s’ouvrent et sachent discerner la dignité inouïe de toute créature humaine.